Connect with us

SOCIÉTÉ

La pauvreté, cette épidémie pire que la COVID-19 (Par Lamine Niang)

Publié il y a

ce

| 25 Lecteurs

La pauvreté, cette épidémie pire que la COVID-19 (Par Lamine Niang) live

La Covid-19, cette pandémie qui hante nos sommeils et perturbe tristement nos vies depuis quelques mois aura le mérite de mettre en exergue le quotidien difficile des millions de Sénégalais résilients face à cette autre pandémie , plus sournoise  et plus meurtrière qu’est la pauvreté chronique. Sa généralisation dans la population fait qu’elle passe de plus en plus inaperçue et fait dorénavant partie du décor hybride dans lequel l’insolente richesse côtoie l’indigence la plus troublante, dans un pays qui se veut émergent! Celle-ci nous interroge tous autant que nous sommes car elle est bien réelle et refuse même d’abdiquer devant l’artifice de l’apparence que l’égo mal placé de la société veut toujours garder intact.

Paradoxe honteux
Les victimes de pauvreté auraient  mieux supporté  la douleur que ce fléau fait circuler dans l’esprit, le corps…et les paniers  des vulnérables ménages si cette maladie était aussi juste que la maladie à coronavirus. Celle-ci ne fait pas de distinction de classe sociale, de genre ou de zone géographique. Elle est impitoyable et ne ménage personne. Et c’est ce qui la rend même insaisissable  dans son cynisme meurtrier. Tout le contraire de cette pauvreté si répandue,  laquelle, dans sa forme la plus bénigne, écrase ce qui reste de dignité aux plus solides de la population et, dans ses contours les plus hideux, emporte discrètement des vies humaines en grand nombre après les avoir éprouvées dans les méandres d’une santé précaire, faute de moyens.

Cela fait bien longtemps qu’on la côtoie sans nous en émouvoir réellement. Les sensibleries feintes dans les médias, le temps d’un mini reportage, ou bien les multiples commentaires laissés sur le fil des réseaux sociaux servent davantage à soulager temporairement nos consciences de notre coupable indifférence qu’à prendre le taureau de la misère sociale par les cornes. Elle est pourtant bien là, tout près. Dans le voisinage proche des grandes villes jusqu’aux interstices des cases en paille des  villages les plus reculés de nos arides terroirs. Chacun cherche à sauver sa peau, individuellement, égoïstement et… malheureusement. Nous exécrons de toutes nos forces  ce malheur tant qu’il nous est étranger. Ailleurs et chez les autres, notre brève compassion suffira.

En pleine tragédie de la  COVID-19, la presse nous révèle qu’à Sédhiou, y a moins de 10 médecins pour une population de plus d’un demi-million d’habitants, soit un ratio d’un médecin pour 50 000 personnes. Le brillant Pr Seydi, en tournée à Ziguinchor où se  réveillent 662 170 âmes, pestait contre le service de réanimation qui ne serait «ni fonctionnel, ni construit selon les normes». Les résidents de Bopp Thior, un village oublié en périphérie de la ville de Saint-Louis, bravent quotidiennement la vie pour s’offrir le luxe de quelques litres d’eau potable. Les femmes y accouchent encore dans les  pirogues faute d’infrastructures sanitaires.

Clan politico-affairiste
Pire que la pandémie actuelle, voilà ce qui tue depuis des lustres sous nos tropiques, moralement d’abord avant de vous achever…, et dans l’indifférence collective. Des dizaines, des centaines, des milliers…On ne le saura pas, obnubilés que nous sommes par le décompte hystérique des décès liés à la COVID-19 et alimenté par la  psychose médiatique mondiale.
Pendant ce temps, le clan politico-affairiste au sommet de l’État déroule sans coup férir ce  qu’il sait faire de mieux : comploter, détourner et thésauriser. Des milliards. Dans l’impunité totale. Des scandales financiers à répétition qui font les choux gras de la presse locale avant de nourrir les interminables assemblées des indignés virtuels. L’énergie, la pêche, l’agriculture, le foncier, les ressources pétrolières et gazières…

Aucun domaine n’est épargné par la voracité et la boulimie de cette caste de sangsues. Ils se connaissent et se reconnaissent! Les mêmes patronymes, les mêmes filiations corporatistes et les mêmes obédiences politico-syndicales. Ils se connaissent et se reconnaissent! Ils traversent toutes les générations et sont mêlés à tous les coups bas financiers contre le peuple. Ils se reconnaissent!

Ce n’est pas parce qu’ils ignorent les affres de la pauvreté  qu’ils se montrent indifférents au sort de leurs compatriotes, car la plupart sont issues de familles indigentes. Mais c’est le propre des arrivistes de toujours renier leur passé; s’ils y font référence, c’est pour mieux titiller l’ethos dans le discours et appâter la candeur de l’interlocuteur. Les amarres sont ainsi rompues avec ce passé de miséreux. Entre copains opportunistes, sortis des griffes de la précarité sociale et ils se tiennent, se soutiennent et restent confinés dans leur bulle imaginaire de vils parvenus. Il leur manque le courage d’affronter la dure réalité.

Futur sombre
La crise économico-sanitaire du moment aura certainement le dos large. On lui imputera subtilement l’exacerbation des difficultés à venir. Celles-ci seront certes douloureuses et longues mais elles trouveront   un terreau fertile, déjà défriché par un État prédateur et  dirigé par un chef dont le cœur ne bat que pour les intérêts d’une minorité de privilégiés, pour les beaux yeux de la famille et…la pression libidinale de la belle-famille. La porte-parole du Programme alimentaire mondiale prévoit  que «plus de 21 millions de personnes en Afrique de l’Ouest vont lutter pour se nourrir pendant la saison maigre, c’est-à-dire de juin à août qui sépare les deux récoltes.»

L’hivernage, les inondations, l’arrêt de l’activité économique mondiale, la menace d’une deuxième vague,  les  échanges commerciaux en berne… un cocktail de mauvaises nouvelles à venir qu’un État prévoyant et responsable aurait pu amortir avec la collaboration et la compréhension d’un peuple résilient.  Mais laCOVID-19 et ses terribles conséquences socioéconomiques  ne dédouaneront  pas le président MackySall et ses gouvernements successifs de leur  responsabilité entière  et totale sur l’étendue du désastre à venir.

Au lieu d’investir dans le service public et l’économie réelle, ils ont préféré enrichir une clique de mafiosos locaux et étrangers. Avec la complicité d’une justice aliénée et une administration affaiblie, ils ont choisi de fermer les yeux sur les détourneurs de fonds publics  afin d’entretenir la rapacité d’une clientèle politique. La COVID-19 viendra révéler au grand jour et sans aucun doute l’ampleur d’un cuisant échec de gestion,  que l’on tente de dissimuler, depuis plusieurs années,  par la ruse de l’endettement  et la manipulation des chiffres. Le peuple oublié boira certes le calice jusqu’à la lie, mais vous ne dormirez plus du sommeil inconscient des repus.

Lamine Niang

ARTICLES RECOMMANDES :

Advertisement

SOCIÉTÉ

Covid-19/Allègement des mesures : Aly Ngouille Ndiaye et Me Youm face à la presse ce jeudi

Publié il y a

ce

| 265 Lecteurs

Beut7 |

Covid-19/Allègement des mesures : Aly Ngouille Ndiaye et Me Youm face à la presse ce jeudi aly ngouille

Selon les informations de libération,  les ministres Aly Ngouille Ndiaye et Oumar Youm feront face à la presse demain pour aborder les allègements retenus dans le cadre du couvre-feu et des transports interurbains. L’heure du point de presse conjoint sera communiquée incessamment, informe la même source.

ARTICLES RECOMMANDES :

CLIQUEZ POUR LIRE LA SUITE...

Abonnez-vous maintenant !

Actualités

L'information qui vous éveille ! >>> Restez connecté 24h/24 - 7Jours/7 sur nos chaines d'actualités : Beut7 SITE OFFICIEL | Beut7 FACEBOOK | Beut7 YOUTUBE | Beut7 INSTAGRAM | Beut7 LINKEDIN et béneficiez d'une panoplie d'informations, à la une et en temps réel >>> sur le SENEGAL, l'AFRIQUE et le reste du MONDE...

Copyright © 2019 Beut7.com.