Connect with us

POLITIQUE

Décès de Moustapha Sourang : Les hommages de Macky Sall

Publié il y a

ce

49 Vues

L’ancien ministre de l’éducation nationale, Moustapha Sourang est décédé, hier lundi. Le chef de l’Etat, Macky Sall, qui a présenté ses condoléances à la famille du défunt, évoque un homme de foi d’une dimension exemplaire. «Professeur émérite, Moustapha Sourang était un homme de foi et un homme d’Etat. D’une discrétion exemplaire, il a servi avec dévouement la Nation. Je présente mes condoléances les plus attristées à sa famille. Que son âme repose en paix».

Donner votre avis

Articles Similaires

Afficher commentaire
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

POLITIQUE

Mame Mbaye Niang tacle Amadou Ba: s’il a des ambitions, il n’a qu’à…”

Publié il y a

ce

5 Vues

Beut7 •

Vous êtes resté longtemps aphone dans les médias, qu’est ce qui l’explique ?

Je ne suis pas resté aphone. A chaque fois que l’actualité nous sollicitait pour des éclaircissements, on le faisait. De par ma position actuelle, ministre et chef de Cabinet du président de la République, je dois m’imposer une certaine posture. On ne doit pas être chef du Cabinet du président de la République et être dans la polémique. Aujourd’hui, je suis supposé être l’interface du président de la République avec la forces vives de la Nation (opposition, mouvements de jeunes, société civile…)

Le débat tourne actuellement autour du 3ème mandat, Macky va t – il se présenter en 2024 ?

C’est vous les journalistes qui veulent soutenir ce débat du 3ème mandat. On est cohérent et on clair la – dessus. A un an et demi après la prestation de serment du président Macky Sall avec le programme que nous avons vendu aux Sénégalais, on ne peut se permettre d’être dispersé sur des sujets qui n’impactent pas réellement la vie sociale au Sénégal surtout en ces temps de pandémie, de crise économique…

Pourtant le président du Groupe parlementaire de Bby a dit que Macky est juridiquement apte à briguer un 3ème mandat

Ce que dit Aymérou Gning n’engage que lui. Cela n’engage pas le Parti Apr qui a un porte – parole qui s’appelle Seydou Guèye. On ne va pas donner la possibilité à nos détracteurs de nous imposer un sujet qui ne nous regarde pas et ne nous intéresse pas pour le moment. Il y a d’autres priorités. S’il s’agit de la politique, il y a deux élections qui viennent avant la présidentielle. Il y a les locales qui ont beaucoup d’enjeux et nécessitent une organisation où il s’agira d’évaluer le leadership local. Cela passe en priorité. Ce qui est important, c’est que la mouvance présidentielle sera présente à l’élection présidentielle de 2024. Celui qui sera notre candidat n’est pas le sujet d’actualité.

Vous assurez les fonctions de chef de cabinet, avez vous une fois abordé cette question avec le chef de l’Etat.

Je suis le chef de Cabinet du président de la République, les sujets que je discute avec lui je ne les mets pas sur la place publique. Les gens qui animent ce sujet de troisième mandat chez nous ont leurs propres agendas. Je demeure convaincu que cette partie de l’opposition qui tente d’amener ce sujet et de l’imposer comme actualité est à la solde de gens qui sont de chez nous et veulent se préparer. Ces gens je leur dis qu’ils ne peuvent pas nous imposer de la possibilité ou non du chef de l’Etat de faire un troisième mandat. S’ils pensent qu’ils sont avec nous et qu’ils doivent animer ce sujet, ils doivent savoir qu’ils ne rendent pas service à la majorité présidentielle et au président de la République. Ils sont en train d’aider l’opposition et nos détracteurs à soutenir un sujet qui nous fait perdre notre temps.

Vous faites référence à qui ?

Vous les connaissez mieux que moi. Ce sont les mêmes gars qui sont avec nous et qui vous appellent vous les journalistes. Je leur dis de prendre leur courage à deux mains pour réaliser leurs ambitions. Au sein de la majorité, notre priorité c’est la relance économique de mettre en śuvre le Pap et le faire avec toutes les forces vives de la Nation. Le président cherche à mobiliser mais pas à nous disperser.

Mais comment expliquer ces sanctions qualifiées de deux poids deux mesures

Il n’y a pas de sanctions.

Bien sûr

Toute personne limogé ou viré dira que je ne suis pas d’accord avec le troisième mandat. C’est l’arme que les responsables démis de leurs fonctions utilisent pour continuer à exister politiquement ou se positionner en maitre chanteur. C’est à cela dont on fait face. Ceux qui alimentent ce débat ne sont pas avec nous. Ils n’ont pas la volonté ou l’engagement d’accompagner le président de la République et la mouvance présidentielle à réaliser ses objectifs.

Vous voulez donc dire qu’au sein de l’Apr, il y a des gens qui travaillent contre Macky Sall

C’est évident. Il y a des gens qui appellent et donnent des documents de scandales aux journalistes. Comment se fait – il que l’opposition ait accès à certaines informations. D’habitude ce sont des informations biaisées qui n’ont pour objet que de dénigrer ou nous démanteler. Il y a des gens de chez nous qui ne sont pas engagés et ils ne veulent pas mouiller le maillot.

Macky a drainé des foules lors de sa tournée économique en violant les mesures barrières dans ce contexte de pandémie

La tournée était importante pour la relance économique. Nous vivons cette pandémie comme tous les pays du monde entier. Nous subissons les désagréments de cette crise économique qui va perdurer. On a eu la chance d’avoir une pluviométrie abondante qui va nous permettre d’augmenter nos récoltes et notre production de 25 ou 30%. On est plus dans le cadre de l’autosuffisance alimentaire mais dans la sécurité alimentaire. Nous constatons que les entreprises sont dans les difficultés. Idem pour le tourisme. Pour éviter cette récession économique, l’on doit s’appuyer sur l’agriculture qui impacte à elle seule 70% de nos populations. Il fallait donc constater et faire constater aux partenaires techniques le choix stratégique de miser sur l’agriculture pour relancer notre économie. La campagne agricole de l’année dernière était évaluée à 40 milliards. Cette année à 60 milliards. La vision du président de la République a permis d’anticiper sur les futures productions.

N’est – il pas contradictoires au moment où l’Etat met en place des lois pour interdire les rassemblements et qu’au même moment le chef de l’Etat mobilise des foules ?

Il y a une volonté manifeste d’entacher cette tournée. Je faisais partie de la délégation. Je peux donc dire que j’étais au cśur du dispositif. Les mesures allant dans le sens de respecter les gestes barrières ont été appliquées. On a mis des masques. On s’est évertué à respecter la distanciation. On nous a souvent critiqué mais on fait partie des meilleurs au monde à avoir bien gérer la pandémie.

Est ce qu’il ne s’agissait pas d’une tournée politique pour remobiliser les troupes en vue de préparer les élections à venir ?

Nous ne sommes même pas encore édifiés sur la date de tenue des élections locales parce que nous sommes en dialogue avec la société civile et les partis politiques. Le moment venu, la date sera connue.

Peut – on se baser sur une agriculture qui dépend d’une pluviométrie aléatoire ?

De 2012 à maintenant, les récoltes agricoles ont été multipliés par 3, 4 voire 10. C’est parce qu’il y a eu une politique, une stratégie pour booster la production. La stratégie consiste à sélectionner d’abord les semences, à la mécanisation avec le Pudc. Le rendement a doublé ou triplé pour certains producteurs. Lorsqu’on n’a compris que notre consommation de riz ne pouvait pas être assurée par la Vallée du fleuve Sénégal, on a expérimenté la culture de riz sur des plateaux. C’est une stratégie cohérente et le ministre de l’Agriculture a communiqué sur cela. Ce qui est constant c’est que l’agriculture a effectué des bonds.

Le Département d’Etat américain a pointé du doigt la corruption au Sénégal. Peut-on avoir une croissance économique avec un tel phénomène ?

Je ne suis pas d’accord du traitement de ce rapport parce qu’il y a une volonté manifeste de sélectionner des points négatifs. Dans tout rapport il y a des points négatifs, positifs et des recommandations. Quand vous comparez notre notation en 2012, en 2019 et aujourd’hui, vous voyez nettement qu’on a progressé. Pourquoi vous n’avez pas noté les points positifs sur l’investissement américain qui va être doublé ou triplé. Dans tous les pays du monde il y a la corruption, on ne peut pas reprocher au président de la République de ne pas lutter contre la corruption. Il ne faut pas omettre aussi qu’il y a des avancées. Je ne dis pas qu’il n y a pas de corruption ni de problème de gouvernance, si. Il y a des textes à faire évoluer, c’est pourquoi le Pse parlait des 17 réformes, il y a des procédures à améliorer et une culture à développer. Mais ça on le fait sur la base de rapport. Il y a ce qu’on appelle le retour d’expérience, on essaie d’améliorer. C’est comme ça que ça marche.

Le conseil présidentiel sur la relance de l’économie se tient mardi, quels seront les domaines prioritaires?

Les domaines prioritaires ont été définis dans le Pap qui a été réajusté aux exigences parce qu’il y a eu une situation de crise imprévue. Dans ce cas, il faut des mécanismes d’urgence pour atténuer  l’impact. Donc, le Pap réajusté se focalise sur l’agriculture, le tourisme, l’énergie et la télé santé d’où la volonté d’investir 500 milliards dans ce dernier secteur.  On s’adapte à la situation pour éviter la récession.

Qu’est ce que l’Etat compte faire concrètement pour ce qui est par exemple du tourisme?

J’ai été ministre du Tourisme et j’ai une idée sur l’impact de la crise sur le tourisme, c’est pourquoi je pense qu’on a perdu plus. Mais l’Etat ne se focalise pas sur un seul problème, mais sur des piliers. L’Etat est en train de relancer l’économie en se donnant les moyens d’être attrayant, en montrant que notre économie est résiliente, c’est ce qui a justifié les 1000 milliards de francs. Ce n’est pas seulement le tourisme qui est impacté. Beaucoup de compagnies aériennes menacent de déposer leur bilan. Et cela a coïncidé avec les efforts du Sénégal qui a acheté deux A330 Néo et 2ATR donc on a investi sur une compagnie nationale. Mais il y aussi l’éducation à renforcer. C’est le moment de se réorganiser pour exister.

Comment l’Etat va faire la répartition du fonds de relance économique ?

Je vous conseille d’exploiter positivement le PAP3 réajusté. Vous verrez que sur les 3 prochaines années, il y aura une volonté manifeste de s’imposer dans la scène sous-régionale. C’est pourquoi je ne comprends pas qu’on reproche au président de la République ses voyages. Parce derrière, il y a une réalité économique. On reproche au Chef de l’Etat d’être actif dans la résolution des problèmes du Mal qui a près de 400 kilomètres de frontières avec le Sénégal. L’embargo sur le Mali va impacter négativement sur notre économie. Il cherche à régler ce problème, on l’accuse d’avoir laissé 17 00 familles dans les eaux. Mais il a raison parce qu’il y va de notre sécurité et de notre résilience économique. Il y a beaucoup de priorités, mais le premier c’est la sécurité nationale sur lequel on va le juger demain. Quand l’intégrité et la sécurité de la Nation sont menacées le président de la République n’a plus le droit rester chez lui. Après viennent les questions économiques.

Vous parlez des inondations, où est ce qu’on a mis les 750 milliards ?

C’est un ballon de baudruche qui commence à se dégonfler parce que ce n’est pas vraie cette affaire. Ça été cousue de fil blanc par des gens qui sont dans leur rôle. En réalité ce montant a été divisé en 3 phases sur 10 ans. Les gens oublient qu’en 2012 des milliers de sinistrés avaient été logés dans des écoles à cause des inondations. A l’époque les quartiers qui étaient sinistrés étaient Wakhnine Nimzatt, Dalifort, etc. Keur Massar vient de vivre ce phénomène pour la première, mais des investissements seront faits pour éviter pareille situation.

Pourtant, vous aviez fait un argument de campagne

Vous ne pouvez pas dire qu’on en a fait un argument de campagne sans apporter des solutions. Allez-y à Dalifort ou Wakhninane. Ces quartiers ne sont plus inondés parce qu’on a investi de l’argent. L’eau stagne de temps en temps, mais pas durant des mois comme par le passé.

Macky Sall s’est rendu à Keur Massar après Sonko, pourquoi ce rattrapage ?

On ne peut pas comparer Macky Sall et Sonko pour deux raisons. Macky a la confiance des Sénégalais et il a un programme, alors que Sonko est un opposant qui parle pour lui-même. Macky parle pour le Sénégal. A quel moment doit-il aller, tout dépend de son agenda. Je vous dis qu’au même moment, on a une crise au Mali. Les inondations ont concerné 17 00 foyers alors que la sécurité concerne 16 millions de Sénégalais. Ils n’ont pas ni le même programme ni les mêmes ambitions. On maitrise ce qu’on fait, lui il ne maitrise rien.

Maintenant vos relations avec le ministre Amadou Ba sont au beau fixe?

La seule chose que j’ai retenue de sa sortie, il dit enfin qu’il y a un malentendu autour de 29 milliards. Il a fallu que d’autres travaillent avec cette somme et qu’on voit les résultats et qu’il dise que c’est un malentendu. J’espère qu’il n y a pas beaucoup de malentendus de ce genre. Un malentendu de 29 milliards sur un budget de 4000 milliards, si il y en a deux ou trois, ça devient une catastrophe. Maintenant s’il a des ambitions il n’a qu’à se donner les moyens de les régler ailleurs. Si quelqu’un a d’autres ambitions en dehors des nôtres qu’il parte. Il a fallu qu’il quitte le ministère des Finances pour qu’un jeune très dynamique continue la réalisation de ces Dac qui peuvent constituer des solutions pour l’emploi des jeunes. La vérité, c’était un combat politique parce que certains réclamaient le leadership à Dakar, alors que les législatives venaient de prouver le contraire. Ils étaient tous terrés chez eux. Ils m’ont prêté des ambitions que je n’avais pas et maintenant j’ai.

Quelles sont vos ambitions ?

Ce n’est pas nouveau. Je suis candidat à la ville de Dakar.

Donner votre avis

Articles Similaires

Lire la Suite...
Beut7.com L'information qui vous (r)éveille ! Pour vos dernières nouvelles, notre équipe toujours prête à vous informer 24h/24 ! Connectez-vous sur nos réseaux et béneficiez d'une panoplie d'informations à la une, Buzz - Peoples du moment et Vidéos etc. sur le SENEGAL, l'afrique et le reste du ...
Girl in a jacket

L'information qui vous (r)éveille !

Contact

Gueule Tapée 67x68

+221 33 842 38 49

courrierbeut7@gmail.com

www.beut7.com

Copyright © 2019 Beut7.com

0
Laissez un commentairex
()
x