Connect with us

SOCIÉTÉ

Situation des correspondants de D-Média : Le Synpics sonne l’alerte.

Publié il y a

ce

108 Vues

Le Syndicat des professionnels de l’information et de la communication (Synpics) informe à travers un communiqué rendu public qu’il a reçu plusieurs récriminations relatives à la violation du Code du Travail de la part du Groupe D Media. «Des correspondants de ce groupe de presse dans les chefs-lieux de régions, ont reçu, de manière unilatérale, de la part de la direction, une notification de rupture de leur contrat de travail par appel téléphonique. Alors que jusqu’ici ces travailleurs s’adonnaient à réaliser leur mission sur la base de contrats de prestations adossés à un salaire ou cachet mensuel, en début septembre ils ont reçu des appels téléphoniques les informant que désormais ils seront régis par un système de rémunération basé sur des piges», lit-on dans le document.

Bamba Kassé et Cie de poursuivre : «avant que ce changement de contrat proposé ne fasse l’objet de discussions entre les employés et leur employeur, la direction de D Média a décidé unilatéralement, sans accord préalablement consenti par les travailleurs, de l’appliquer illégalement et de manière rétroactive. En lieu et place de leur salaire du mois d’août, les correspondants ont reçu via Orange Money, des sommes allant de 12 095 frs Cfa à 32 000 frs CFA !».

Face à cette situation, le Synpics appelle le Groupe D Média, «à mettre un terme immédiat à ce qui s’assimile à de l’esclavage vis à vis de dignes travailleurs, qui très souvent dans les régions notamment, se démultiplient pour réaliser la mission confiée». Sous-payés et exploités, dit-il, «les correspondants de presse dans les régions doivent aussi refuser cette forme de dictat que le statut de correspondant d’un média ne saurait justifier».

Le Synpics a saisi l’occasion pour faire part de sa «plus grande désolation de constater que le Groupe fait partie de ceux qui dans ce pays respectent le moins les droits des travailleurs ».

«Plusieurs récriminations portant sur des violations nous sont régulièrement faites. Il en est du refus systématique de délivrer la copie des contrats de travail aux bénéficiaires, et du refus de voir les travailleurs rejoindre le Synpics. Les rares tentatives de mettre en place une section Synpics dynamiques ont abouti curieusement à des actes de licenciement ou d’intimidation qui se sont terminés au tribunal», précise le communiqué.

Donner votre avis

Afficher commentaire
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Articles Similaires

SOCIÉTÉ

Mariage gordjiguène à Mermoz : Pourquoi il y avait les produits lubrifiants et les 50 préservatifs

Publié il y a

ce

10 Vues

Beut7 •

L’enquête sur le mariage des gordjiguénes à Mermoz a révélé des indices graves et concordantes contre les mis en cause. Selon Libération, au-delà des preuves matérielles, il ressort des auditions des 25 homosexuels que plusieurs «couples» ainsi que des célibataires étaient invités par les deux «jeunes mariés» qui avaient décidé de s’unir pour le meilleur et pour le pire. Plusieurs «couples» avaient prévu de dormir dans l’appartement privé que le «couple» gay avait loué pour la circonstance. D’où les produits lubrifiants et 50 préservatifs retrouvés sur place.

Donner votre avis

Afficher commentaire
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Articles Similaires

Lire la Suite...
Beut7.com L'information qui vous (r)éveille ! Pour vos dernières nouvelles, notre équipe toujours prête à vous informer 24h/24 ! Connectez-vous sur nos réseaux et béneficiez d'une panoplie d'informations à la une, Buzz - Peoples du moment et Vidéos etc. sur le SENEGAL, l'afrique et le reste du ...
Girl in a jacket

L'information qui vous (r)éveille !

Contact

Gueule Tapée 67x68

+221 33 842 38 49

courrierbeut7@gmail.com

www.beut7.com

Copyright © 2019 Beut7.com

0
Laissez un commentairex
()
x