Niger: 100 morts dans les attaques de deux villages dans l’ouest

 

Cent personnes ont été tuées au Niger, entre les deux tours de l’élection présidentielle, dans l’attaque de deux villages de l’ouest, un des pires massacres de civils dans ce pays et au Sahel régulièrement visé par des groupes jihadistes.

Le Premier ministre Brigi Rafini, qui s’est rendu dimanche sur les lieux des attaques perpétrées samedi, a déploré à la télévision publique « un bilan désastreux », « une situation horrible », en parlant de « 70 » morts à Tchoma Bangou et « une trentaine » à Zaroumadareye.

Il a confirmé le bilan de 100 morts au total donné précédemment par Almou Hassane, le maire de Tondikiwindi, commune qui administre les deux villages, situés dans le département de Ouallam. Celui-ci a aussi fait état de « 25 blessés ».

La double attaque, qui n’a pas été revendiquée, a été perpétrée « par des terroristes venus à bord d’une centaine de motos ». « Pour attaquer les deux villages (distants de 7 kilomètres), les assaillants « se sont divisés en deux colonnes : pendant que l’une attaquait Zaroumadareye, l’autre a attaqué Tchoma Bangou », a expliqué le maire.

Recommandés :

Leave a Reply

Your email address will not be published.