Connect with us

SOCIÉTÉ

Litige foncier à Tobène: Moustapha Diakhaté exige “la libération immédiate des 23 otages”

Publié il y a

ce

49 Vues

l’ancien président du groupe parlementaire Benno Bokk Yakaar, a réagi au litige foncier opposant les ICS aux populations de Tobène .

Dans un post sur sa page Facebook, Moustapha Diakhaté exige la libération immédiate des 23 “otages de Tobène et l’arrêt de toute poursuite judiciaire à leur encontre”. 

l’intégralité de son post

Injustice foncière et répression du village de Tobène : une inacceptable violence d’une gouvernance de préférence étrangère 
 
Le village de Tobène vient de vivre un excès de fièvre de la violence d’Etat pour imposer la politique de préférence étrangère et silencier des paysans victimes de la prédation foncière.
 
Je condamne avec la dernière énergie l’envoi de plusieurs dizainee de gendarmes pour semer la terreur dans le village de Tobène, arrêter de paisibles paysans dont le seul tort est d’exiger une indemnisation correcte de leurs champs que le Président Macky Sall a remis, gracieusement, aux capitalistes indiens afin de permettre aux Industries Chimiques du Sénégal (ICS) d’en exploiter le sous-sol.
 
 
J’exige la libération immédiate des 23 otages de Tobène et l’arrêt de toute poursuite judiciaire à leur encontre.
 
J’invite particulièrement le Président Macky Sall à abandonner sa politique ruineuse de préférence étrangère et de s’engager, sans délais, à revenir à une véritable stratégie de développement national et de progrès social inspiré des luttes démocratique, sociale et politique qui ont conduit à son élection en 2012. 
 
Plus que jamais, le Président de la République doit associer les populations dans la mise en valeur des ressources naturelles nationales pour que le principe constitutionnel selon lequel elles appartiennent au Peuple cesse d’être un discours abstrait et non crédible.
 
Vive la République !
Qu’Allah bénisse le Sénégal !

 

 

Donner votre avis

Articles Similaires

Afficher commentaire
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

SOCIÉTÉ

Réplique/ D-Media répond au Synpics : “Ku ligueyul meunul fayeku”

Publié il y a

ce

15 Vues

Beut7 •

Le Syndicat des professionnels de l’information et de la communication (Synpics) déclarait  à travers un communiqué rendu public  que des correspondants du  groupe D-Media de Bougane Gueye ont reçu, de manière unilatérale, de la part de la direction, une notification de rupture de leur contrat de travail par appel téléphonique. 

La direction de D-Media   s’est fendue d’un communiqué pour apporter la réplique.

L’intégralité du communiqué

Donner votre avis

« Dans un communiqué, le Synpics parle d’une supposée “situation” des correspondants de D-media. La direction retient de ce communiqué des attaques personnelles dirigées contre le Pca du groupe, Mr Bougane Guèye.
Le Synpics n’est pas à son premier coup d’essai. Rappelez-vous, en, 2017, des journalistes de la Tribune avaient été embarqués dans un bras de fer qui s’est soldé par leurs condamnations pour diffamation à l’encontre de Mr Bougane Guèye.
Alors, l’absence d’objectivité et de vérification pour une entité qui dit défendre les professionnels de la presse, pose problème surtout quand le communiqué reflète une impertinence sans gêne.
La direction de D-media tient à préciser que ces deux collaborateurs extérieurs sont des prestataires de service donc rémunérés en échange d’un service accompli. Sur les 20 collaborateurs en région, les deux qui ont saisi le Synpics n’ont pas fait plus de quatre envois durant tout le mois d’août et cette situation dure depuis très longtemps. Le rédacteur en chef, Mr Simon Faye, à plusieurs reprises, a tenté de les ramener à l’ordre en vain. Alors existe-t-il une entreprise dans le monde ou des collaborateurs ne travaillent pas et perçoivent leur rémunération ?
La réponse coule de source : « KOU LIGUEYOUL MEUNNOUL FAYÉKOU »
Il nous semble important de souligner que le groupe D-media reste l’une des rares, si non la seule entité de presse en règle avec l’administration du travail, l’administration fiscale ainsi que toutes les institutions sociales et cela peut se vérifier.
En janvier dernier, avec l’augmentation des salaires de 8% dans le secteur privé, D-media a fait mieux en allant à 10%. S’y ajoutent que tous nos contrats de travail vont au delà de ce qu’exige la convention collective.
Alors quelles sont les motivations du Synpics pour agir avec tant d’incohérences, sans aucune vérification préalable avant de publier un communiqué haineux qui a sûrement fait rire plus d’un Sénégalais ?”.
La Direction des ressources humaines

Articles Similaires

Lire la Suite...
Beut7.com L'information qui vous (r)éveille ! Pour vos dernières nouvelles, notre équipe toujours prête à vous informer 24h/24 ! Connectez-vous sur nos réseaux et béneficiez d'une panoplie d'informations à la une, Buzz - Peoples du moment et Vidéos etc. sur le SENEGAL, l'afrique et le reste du ...
Girl in a jacket

L'information qui vous (r)éveille !

Contact

Gueule Tapée 67x68

+221 33 842 38 49

courrierbeut7@gmail.com

www.beut7.com

Copyright © 2019 Beut7.com

0
Laissez un commentairex
()
x