Connect with us

POLITIQUE

Interdiction répétée de ses activités : Le coup de gueule de Pastef

Publié il y a

ce

49 Vues

“Depuis quelque temps, nous notons une série d’interdictions de nos activités politiques par des autorités administratives déconcentrées.
Lors de la dernière tournée de Pastef à Saint-Louis, nous avions été interdits d’accès à la salle de conférence que nous avions louée et des responsables de la police ont tenté d’entraver notre liberté de manifestation, jusqu’à nous empêcher de parler à la presse.
À Louga, nous avons été victime d’intimidations par l’autorité de la police qui a jugé nécessaire d’arrêter un de nos responsables et confisquer tout le matériel de sonorisation.
À Guédiawaye, nos initiatives du week-end pour faire des démonstrations en secourisme sur la plage de Malibu, dans le but d’informer et de former les citoyens sur les risques et mesures d’urgence à prendre, ont été interdites de manière illégitime et inopportune par le préfet pendant que de nombreuses activités ont eu lieu, au même moment, sur ledit site.
Cela a été le cas pour l’interdiction de nos activités qui devaient se tenir à Bambilor, pour lesquelles le sous-préfet a motivé son interdiction en visant l’arrêté du ministre de l’intérieur N°13564 du 07 août 2020 alors que celui-ci a été abrogé par l’arrêté du même ministre N°24068 du 05 octobre 2020.
Pendant ce temps, sur l’étendue du territoire national et sur la même période, nous avons constaté que des activités menées par les militants du parti au pouvoir et de leurs alliées n’ont pas été interdites.
Si tous les citoyens sont égaux devant la loi, qu’est ce qui explique cette différence de traitement et l’acharnement dont PASTEF-Les patriotes et ses militants font l’objet ?
PASTEF-Les Patriotes informe les observateurs de la scène politique ainsi que les organes de la société civile qu’il ne posera aucun acte contraire aux lois de notre pays. Mais il s’opposera par tous les moyens légalement admis à toutes les décisions illégalement prises pour lui nuire ou pour l’empêcher d’exercer, sur toute l’étendue du territoire, les droits que les conventions et chartes signés ainsi que la constitution du Sénégal lui confèrent.
Nous appelons donc nos militants à poursuivre toutes leurs activités dans le respect de la loi mais aussi d’user de tous les bénéfices offerts par celle-ci pour défendre et faire valoir leurs droits.
Pour PASTEF, l’administrateur général”

Donnez votre avis

Afficher commentaire
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Articles Similaires

POLITIQUE

Émigration clandestine : Les cadres Bby pour une «meilleure articulation» des politiques publiques

Publié il y a

ce

12 Vues

Beut7 •

La résurgence de l’émigration clandestine avec son lot de morts inquiète la Coordination nationale des cadres de Benno bokk yaakaar (Bby).

Dans une note rendue publique, la coordination rappelle à la jeunesse que son avenir «se situe bien au Sénégal». En effet, le Bureau exécutif national des cadres de Bby est convaincu que «les perspectives de croissance annoncées et validées vont, sans nul doute, offrir de grandes possibilités à la jeunesse sénégalaise, de s’épanouir socialement et professionnellement». Et donc, soulignent Alpha Bayla Guèye et ses camarades, «de telles prises de risque sont incompréhensibles à ce stade de notre histoire». Cependant, ils constatent que le dispositif actuel de lutte contre le chômage, la précarité et le sous-emploi, est «souvent méconnu du grand public».

Par conséquent, ils demandent au gouvernement de «mieux articuler les différentes politiques publiques en la matière et les rendre accessibles par une meilleure appropriation». Cela passe, selon les cadres de Bby, par «une meilleure maîtrise des flux entrants et sortants».

La coordination exhorte ainsi les autorités à «rendre obligatoire l’inscription de tout demandeur d’emploi dans la base de données accueil-emploi établie» en décentralisant «au besoin auprès des collectivités territoriales». C’est là, indiquent M. Guèye et Cie, «une condition qui devrait désormais être requise avant toute validation d’un contrat de travail par l’inspection du travail».

Les cadres jugent également la dotation budgétaire actuelle pour lutter contre le phénomène «assez limite» pour soutenir les différents leviers d’actions, à savoir le renforcement de l’employabilité des jeunes en âge de travailler, l’amélioration du dispositif de création d’emploi, entre autres.

Donnez votre avis

Afficher commentaire
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Articles Similaires

Lire la Suite...
Beut7.com L'information qui vous (r)éveille ! Pour vos dernières nouvelles, notre équipe toujours prête à vous informer 24h/24 ! Connectez-vous sur nos réseaux et béneficiez d'une panoplie d'informations à la une, Buzz - Peoples du moment et Vidéos etc. sur le SENEGAL, l'afrique et le reste du ...
Girl in a jacket

L'information qui vous (r)éveille !

Contact

Gueule Tapée 67x68

+221 33 842 38 49

courrierbeut7@gmail.com

www.beut7.com

Copyright © 2019 Beut7.com

0
Laissez un commentairex
()
x