Emmuré dans un silence total, depuis la publication des résultats du scrutin présidentiel du 24 février dernier, le leader de la coalition « Idy 2019 » est enfin sorti de son mutisme.  Face à la presse, ce mercredi, Idrissa Seck est revenu sur les résultats du scrutin du 24 février dernier qu’il continue de contester, malgré leur décision de ne pas introduire de recours auprès du Conseil constitutionnel. L’ancien premier ministre sous le régime de Abdoulaye Wade a exprimé son indignation face à ce qu’il assimile à « des agressions de différentes natures qui ont été faites en direction des femmes et des jeunes qui ont voulu exprimer leur indignation face à la confiscation du pouvoir et qui ont été emprisonnés. « Nous exprimons notre indignation face aux intimidations et aux agressions de différentes natures qui ont été faites en direction de ces femmes et des jeunes qui ont voulu exercer leur droit, constitutionnellement reconnu, face à la confiscation par le pouvoir, de la volonté populaire », a déploré le leader du parti Rewmi.

Suggestions :