5 ans de prison ferme, c’est la peine requise par le procureur contre la directrice d’Afip Canada, Henriette Niang et ses collaborateurs qui ne sont personne d’autre que sa mère et son frère. Ils sont reprochés d’avoir dépouillé 150 millions de nos francs à 200 étudiants désireux d’obtenir des bourses pour l’étranger. Les faits remontent à 2014. Elle avait créé une plateforme fictive promettant aux étudiants l’admission à 100% dans de grandes université du Canada. Pour s’inscrire sur la plateforme, les étudiants ont déboursé chacun 500 000 Fcfa. Attraits devant le prétoire pour association de malfaiteurs, faux et usage de faux et blanchiment de capitaux, ils connaîtront leur sort le 11 avril prochain.

Abdoulaye Sarr